Nouveaux surpresseurs pour l’alimentation en eau

15.02.2022
Les nouveaux surpresseurs prêts à l’emploi de la gamme KSB Delta Macro sont conçus pour les débits importants. Le débit maximum admissible par surpresseur est de 960 m³/h et la plus grande hauteur manométrique est de 160 mètres (en standard). Les ensembles prêts à l’emploi fonctionnent de manière entièrement automatique et sont équipés de deux à six pompes centrifuges à haut rendement de type Movitec.
Nouveaux surpresseurs pour l’alimentation en eau

Les surpresseurs automatiques KSB Delta Macro SVP, prêts à l’emploi, sont destinés aux grands débits-volumes dans le bâtiment. (Source de l'image : KSB SE & Co. KGaA)

Le module de commande à microprocesseur Booster Command Pro+ permet de démarrer et d’arrêter les pompes en fonction des besoins, soit en cascade (version F), soit en utilisant un variateur de fréquence par pompe (VC et SVP). Des LED situées sur le clavier afficheur indiquent les états de fonctionnement du surpresseur. Une interface Modbus RTU disponible de série assure la connexion à la communication externe. Pour le report d’avertissements ou d’alarmes à un poste de gestion supérieur, deux contacts libres de potentiel sont disponibles de série sur des bornes, en plus d’autres bornes de signalisation optionnelles.

Une interface Bluetooth LE permet de connecter les surpresseurs à l’application KSB Delta FlowManager. Celle-ci indique l’état actuel des pompes, les pressions à l’aspiration et au refoulement ainsi que les paramètres réglés. En outre, l’application offre la possibilité de contrôler et d’utiliser directement le surpresseur ainsi que de modifier les paramètres.

La version SVP est équipée de moteurs synchrones à réluctance IE5 à haute efficacité énergétique de type KSB SuPremE et du variateur de fréquence PumpDrive. Les variantes F et VC sont équipées de moteurs IE3. La mise en marche de la première pompe résulte de la chute de pression dans le réseau d’eau qui se produit lors de l’ouverture d’un poste de consommation. Tant que le surpresseur est en fonctionnement, le module de commande à microprocesseur démarre et arrête les pompes en fonction des besoins.

Lorsque le soutirage d’eau cesse, toutes les pompes s’arrêtent les unes après les autres en suivant une rampe de décélération dès que la pression d’arrêt est atteinte. Le fonctionnement des pompes est ainsi adapté aux besoins réels. Toute pompe qui n’a pas fonctionné pendant 24 heures est mise en marche par le module de commande à microprocesseur pour un cycle d’essai. En cas de manque d’eau à l’aspiration, le surpresseur s’arrête automatiquement afin d’éviter tout risque de dommage par une marche à sec des pompes.

Tous les surpresseurs sont assemblés et testés en usine avant l’expédition. L’ensemble livré à l’exploitant est donc entièrement prêt à l’emploi. Cela assure une mise en service simple et rapide par le personnel de service. Des robinets d’arrêt en amont et en aval de chaque pompe permettent de les remplacer sans vidange préalable de la tuyauterie.

Tous les composants en contact avec le fluide sont soit en acier inoxydable, soit en laiton. Les joints d’étanchéité sont en EPDM homologué pour l’eau potable, ce qui assure une résistance à la corrosion et une longue durée de vie. Les surpresseurs ainsi que les composants en contact avec le fluide possèdent une homologation conforme à l’Office Fédéral allemand de l’Environnement (UBA) et aux réglementations sur l’eau potable DVGW, ACS et WRAS. Tous les robinets à soupape et tous les clapets de non-retour installés bénéficient en outre d’une homologation allemande pour l’eau potable selon DVGW.

Autres articles sur le sujet

Wilo soutient l’irrigation durable en Ouzbékistan

26.11.2021 -

Dans le cadre du programme de subventions develoPPP, Wilo et la GIZ (Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit) coopèrent pour promouvoir et développer les énergies renouvelables en Ouzbékistan. En tant que l’un des fabricants mondiaux de pompes et de systèmes de pompage, Wilo apporte son expertise technique et soutient l’éducation et le transfert de connaissances entre les acteurs politiques et agricoles de la région.

Plus d'informations