Le Groupe Endress+Hauser Tient bon Malgré la Pandémie et Aborde 2021 Avec Élan

07.05.2021
Endress+Hauser a bien fait face à l’année de pandémie de coronavirus de 2020. Malgré la baisse du chiffre d’affaires, l’entreprise, spécialisée dans l’instrumentation de mesure et l’automatisation, a maintenu ses bénéfices à un niveau élevé et a renforcé sa stabilité financière.
Le Groupe Endress+Hauser Tient bon Malgré la Pandémie et Aborde 2021 Avec Élan

La digitalisation a depuis longtemps fait son entrée sur les sites de production d’Endress+Hauser. (Source de l'image: Le groupe Endress+Hauser) :

Le groupe a créé de nouveaux emplois et a étendu ses capacités de vente et de production mondiale. Le CEO, Matthias Altendorf, considère qu’Endress+Hauser est aussi bien positionné pour faire face à une période d’incertitude qu’à une reprise économique.

Un travail qui créé de la valeur sociétale
Endress+Hauser a réussi à protéger la santé des collaborateurs et à continuer à soutenir ses clients, a déclaré le CEO, Matthias Altendorf, lors de la conférence de presse annuelle à Bâle, en Suisse. « Nous avons contribué au bon fonctionnement de nombreux domaines importants de notre vie quotidienne pendant la pandémie. Notre travail crée une grande valeur à la fois pour nos clients et pour la société. » Les produits d’Endress+Hauser sont utilisés, par exemple, pour produire des vaccins ; la filiale Analytik Jena fournit la technologie PCR pour détecter le coronavirus.

Un rôle important a été joué par la digitalisation, qui s’est accélérée pendant la pandémie - dans les produits, dans la collaboration, dans les processus internes. Les clients peuvent depuis longtemps effectuer leurs transactions quotidiennes via le site Web d’Endress+Hauser. Le nombre d’utilisateurs enregistrés sur la plateforme a doublé, et le commerce en ligne a augmenté de 39 %. En cas de besoin, l’application Visual Support permet aux techniciens d’intervention de se rendre virtuellement sur le site des clients. Même les FAT (Factory Acceptance Tests) peuvent désormais se dérouler à distance grâce au support vidéo.

Les effets de change affectent le chiffre d’affaires
Le chiffre d’affaires du groupe a diminué de 2,8 % pour atteindre 2,577 milliards d’euros en 2020. Ce chiffre est toutefois fortement influencé par l’évolution des taux de change. À l’exception du franc suisse, toutes les principales devises se sont dépréciées par rapport à l’euro. Sans ces effets, Endress+Hauser aurait presque atteint le niveau de l’année précédente en termes de chiffre d’affaires selon Luc Schultheiss, CFO. « En monnaies locales, nous sommes au-dessus de la moyenne du secteur et nous avons obtenu de bons résultats sur le marché. »

Les régions, les industries et les domaines d’activité ont évolué de façon très différentes. Parmi les trois pays où les ventes sont les plus élevées, seule la Chine a enregistré une croissance et est désormais le plus grand marché d’Endress+Hauser. En Allemagne et aux Etats-Unis, en revanche, les ventes ont régressé. Tandis que les activités de laboratoire ont connu une forte hausse durant la pandémie, l’automatisation des process a été éprouvée. Les industries cycliques ont souffert de la crise, tandis que les secteurs acycliques sont restés stables. « Le large soutien du marché nous a aidés », a déclaré Matthias Altendorf.

Des bénéfices à un niveau élevé
La rentabilité d’Endress+Hauser n’a pas souffert l’année dernière. Du côté des coûts, les taux de change ont eu un effet positif en 2020, par exemple sur les coûts des matériaux. Comme de nombreux voyages d’affaires et activités événementielles ont été annulés, les charges ont diminué. Les frais de personnel ont augmenté à un rythme inférieur à la moyenne. Dans l’ensemble, le résultat d’exploitation (EBIT) n’a diminué que de 1,9 % pour atteindre 337,1 millions d’euros.

Le résultat financier s’étant quelque peu détérioré, le bénéfice avant impôts (EBT) a diminué de
2,7 % pour atteindre 337,6 millions d’euros en 2020. La rentabilité des ventes (ROS) est restée inchangée à 13,1 %. Le bénéfice net a diminué de 4,1 % pour atteindre 254,9 millions d’euros en raison de l’augmentation des charges fiscales. Le groupe est pratiquement exempt d’emprunts bancaires. Le ratio de fonds propres a augmenté de 1,4 point pour atteindre 77,0 %. Luc Schultheiss, CFO, a parlé d’une « situation financière saine ».

Une forte cohésion dans la crise
« La famille des actionnaires est heureuse et fière qu’Endress+Hauser ait si bien traversé cette année difficile », a déclaré Klaus Endress, président du conseil d’Administration. L’entreprise avait annoncé au début de la pandémie qu’elle éviterait autant que possible le chômage partiel et qu’elle ne licencierait aucun employé en raison de la crise. Pour le président du Conseil d’Administration, il s’agissait d’un signal important. « Il y avait beaucoup de solidarité dans l’entreprise qui nous a aidés pendant la pandémie », a souligné Klaus Endress.

Le nombre d’employés a augmenté de 126 pour atteindre 14 454 dans le monde en 2020. Pratiquement tous les apprentis se sont vu proposer un poste à l’issue de leur formation. D’ici à 2030, Endress+Hauser souhaite porter la part des femmes aux postes de direction à environ 30 %, soit le double de la proportion actuelle. Ces dernières années, l’entreprise avait déjà considérablement réduit son empreinte écologique. Au cours de l’année de la pandémie, les émissions de dioxyde de carbone ont encore diminué, passant de 10,1 à 8,9 tonnes par million d’euros de chiffre d’affaires.

Des investissements importants et beaucoup d’innovation
Endress+Hauser a poursuivi ses grands projets d’investissement en 2020. 205,9 millions d’euros
(10,9 % de moins que l’année précédente) ont été investis principalement dans la production. Les deux plus grands projets concernent l’extension des usines de Maulburg, en Allemagne, et de Reinach, en Suisse. Les sites de Gerlingen et Waldheim en Allemagne et d’Aurangabad en Inde sont également en cours d’extension. Les sociétés de vente au Canada et au Mexique construisent également de nouveaux bâtiments.

La société a dépensé 195,1 millions d’euros en R&D, ce qui équivaut à 7,6 % des ventes. Endress+Hauser a déposé pour la première fois 276 brevets, soit 42 de moins qu’en 2019. Pour le CEO, Matthias Altendorf, cela démontre l’inconvénient du télétravail : « Les gens sont plus créatifs lorsqu’ils s’inspirent mutuellement et cherchent des solutions de manière collaborative. » En revanche, la force d’innovation du groupe est intacte : 40 nouveaux produits ont été lancés en 2020 ; pour l’année en cours, ce chiffre devrait être de 74.

Bon début pour l’année en cours
En 2021, Endress+Hauser vise une croissance de l’ordre d’un pourcentage moyen à un chiffre. L’entreprise a débuté l’année en cours sur une bonne lancée. Au cours des trois premiers mois, les entrées de commandes ont dépassé les objectifs de l’entreprise, ainsi que ceux du premier trimestre 2020, qui était encore solide. Cependant, les taux de change pèsent à nouveau sur le chiffre d’affaires consolidé. De plus, l’entreprise s’attend à une rentabilité plus faible, car bon nombre des économies réalisées l’an passé étaient ponctuelles.

« Les perspectives restent caractérisées par l’incertitude », a souligné Matthias Altendorf, CEO de la société. Outre de nouvelles vagues de pandémies et de nouveaux variants de virus, la chaîne d’approvisionnement continue de susciter des inquiétudes dans l’ensemble du secteur, a-t-il ajouté. Endress+Hauser augmente donc ses stocks et renforce son réseau de fournisseurs. De nouveaux centres logistiques performants ont été mis en service en Chine et en Allemagne.

Autres articles sur le sujet

Directement à la sélection des produits

PumpSelector

DERNIÈRES NOUVELLES

MARCHÉ DE L'EMPLOI